retour à l'accueilcontacter le Club

Histoire des Proto Visa

CONTEXTE

A l’époque, les locaux de CITROEN COMPETITION se situent à TRAPPES. Plus de 20 personnes y travaillent, avec pour objectif de participer au championnat du monde des rallyes.
En temps normal la préparation d’un prototype passe par les bureaux d’études, CITROEN préférera les tester sur le terrain en faisant appel à différents préparateurs indépendants de l’époque.
L’histoire commence en 1980, lorsque Guy VERRIER rejoint le poste de responsable sportif de CITROEN COMPETITION.
Son but : participer au championnat du monde des rallyes en 1985.

 

 

 

1981

En 1981, les recherches s’orientent vers un concept moteur central et roues arrières motrices.
Une révolution chez CITROEN fidèle a la traction avant !

 

En juillet 1981 apparait en public le premier prototype VISA au rallye des 1000 pistes, il s’agit de la VISA préparée par CITROEN, POLITECNIC et DANIELSON.
Pilotée par Philippe WAMBERGUE, la puissante visa (200 cv pour 700 kilos) fait illusion en enlevant la première spéciale. Finalement, elle abandonnera après moyeux de roue arrière cassé.
  

 

La deuxième visa est préparée dans les ateliers STRAKIT, cette version se distingue par des voies beaucoup plus larges a l’arrière comme a l’avant.
Cette particularité entrainera d’ailleurs des problèmes de tenue de cap sur terrain accidenté.
  

 

1982

En Janvier 1982, un proto 2 roues motrices avec moteur arrière piloté par Ph. WAMBERGUE participe à la Ronde de Serre-Chevalier.

Avril 1982, la Strakit 2RM avec son moteur arrière de CX abandonne au Rallye Causses-Rouergat toujours avec Ph. WAMBERGUE.

Autre étude celle réalisée par LOTUS, le châssis et le moteur sont conçus en Angleterre, le groupe propulseur provient d'une LOTUS ESPRIT Turbo.
Trop lourde et peu adaptée a la conduite sur terre la LOTUS ne sera jamais vraiment mise au point.
  

 

 

En 1982 un profond bouleversement dans la préparation des prototypes: les deux roues motrices sont arrêtées !
L’AUDI QUATTRO est passée par là !
C’est donc avec un nouvel impératif, la transmission intégrale, que trois préparateurs travaillent sur trois prototypes différents:

 

La visa «S» qui est en réalité une évolution 4X4 de la première STRAKIT avec des voies corrigées et améliorées.
  

 

 

Autre nouveauté, la visa «O» préparée par Michel ODINET qui reprend le proto Politecnic de 1981, et remplace son moteur en position centrale par un moteur avant avec compresseur.
  

 

 

En juillet 1982, le Rallye des 1000 Pistes sera l'occasion d'affronter les 2 Roues motrices et les 4X4. Seront donc inscrits le proto ODINET confié à RIO, la STRAKIT 4X4 à moteur central à WAMBERGUE et enfin, la très médiatique Visa LOTUS qui n'étant pas adaptée à la terre restera en exposition et sera remplacée au pied levé par un proto allégé 2 RM moteur avant piloté par Maurice CHOMAT.

 

Et enfin, la visa « M » préparée par Denis MATHIOT. C'est en réalité la première visa 4x4 à moteur avant.
  

 

 

La « S » et la « M » participeront à quelques rallyes où elles gagneront leur catégorie.
Parallèlement, elles subiront de nombreux essais aux mains de Philippe WAMBERGUE.
Elles obtiendront ainsi leur billet pour l’année 1983, la visa « O » étant recalée.

 

1983

 

En Janvier 1983, nous retrouvons les deux prototypes à la Ronde de Serre-Chevalier, la STRAKIT remportera le classement général pilotée par Philippe WAMBERGUE, la MATHIOT aux mains de Maurice CHOMAT se classe seconde. La troisième place revenant à une étonnante Visa 4x4 à deux moteurs conçue par BROZZI et pilotée par Christian RIO .
  

 

 

La «S» et la «M» continuent leur carrière.
La «M» ayant quand même les préférences du pilote-essayeur avec un bon compromis poids/puissance/comportement.

On pourrait croire que CITROEN va se concentrer sur ces deux prototypes, ERREUR !!
A partir du printemps 83 ce sont 4 autres projets qui verront le jour !

 

Tout d’abord l’arrivée de la visa DANGEL baptisée « D », elle est propulsée par un PRV.
  

 

Ensuite la MOKRYCKI propulsée  par un TALBOT TAGORA / MURENA de 210 cv, elle se distingue par ses suspensions oléopneumatiques.
  

 

Les deux autres prototypes étant des BX élaborés par Politecnic et avec un moteur ROC.
  

 

 

A l'été 1983, Guy Verrier engage 4 protos dans la catégorie expérimentale du Rallye des 1000 Pistes :

La visa «B», Bi-moteur de BROZZI et pilotée par Marc LACAZE
La visa «K» préparée par MOKRYCKI et confiée à RIO
La Visa «M» de MATHIOT pilotée par Philippe WAMBERGUE
La Citroën «P» proto BX pilotée par Maurice CHOMAT
et enfin, une dernière Visa concourt dans cette catégorie, sur une base de Visa «S» et pilotée par PAGANI. (voir autre protos)

Seule la Visa de WAMBERGUE passera la ligne d'arrivée et remportera donc la catégorie expérimentale de cette course.

 

La suite nous la connaissons : la « M » sera retenue et donnera naissance à la en hommage à cette victoire :

->une version client "série 200" fabriquée chez Heuliez (200 exemplaires pour l'homologation Gr.B)
->20 exemplaires supplémentaires pour la version course (les EVO) seront préparés par DMC (Denis Mathiot Compétition) et participeront à de nombreux rallyes ou elles n’auront pas à rougir de leurs résultats par rapport à des voitures beaucoup plus puissantes ! 
Les deux prototypes BX donneront naissance à la avec la carrière en rallyes que l’on connait (nombeuses casses moteur, nombreux abandons et un retrait de Citroën Compétition pour de longues années).

Certains de ces prototypes, comme la LOTUS, la DANGEL, la MOKRYCKI ont eus la chance d’être sauvés. Après avoir été stockées dans différents sous-sols de la capitale, elles sont désormais bien au chaud au conservatoire CITROEN.
Pour les autres, nous sommes preneur de toutes informations, témoignages, photos ou traces pouvant nous éclairer sur leur sort.

Ce sont ces différents prototypes VISA que nous allons vous faire découvrir en photos.